Archives du mot-clé Solidarité

Communiqué de l’Attiéké après procès du 28 novembre: « Trêve ou crève! »

Aujourd’hui lundi 28 novembre le centre social auto-organisé l’Attiéké est
passé en procès au tribunal d’instance de Saint Denis.[image: Retour ligne
automatique]
L’Attiéké a demandé l’application de la trêve hivernale, les propriétaires
s’y sont opposés.[image: Retour ligne automatique]
Le délibéré sera rendu le* lundi 19 décembre 2016.*

Quelle que soit la décision, l’Attiéké appelle à se rassembler devant la
mairie de Saint Denis le *mercredi 21 décembre à 18h* en soutien aux 40
personnes qui habitent dans ce lieu et aux activités qui s’y déroulent.

L’Attiéké est en danger, que vive l’Attiéké !

Soyons nombreux et nombreuses,

Le Centre Social habité auto-organisé l’Attiéké

Publicités

TOUS-TES À SAINT-DENIS POUR REFUSER L’EXPULSION DE L’ATTIEKE !

La juge a donné le ton lors de l’audience du 24 octobre dernier au Tribunal de Saint-Denis : le 28 novembre prochain, elle jugera sur le fond et la présence de l’avocate est obligatoire. Autrement dit, l’issue du procès qui oppose l’Attiéké au propriétaire du bâtiment occupé, la Fédération française de triathlon, sera fixé lors de cette ultime audience. Le tribunal de Saint-Denis pourrait faire fi de la trêve hivernale et du sort des 40 habitant-e-s de l’Attiéké, en prononçant l’expulsion.

La machine judiciaire stopperait ainsi nette l’histoire de l’Attiéké, de son centre social auto-organisé et de ses 40 habitant-e-s, littéralement jeté-e-s à la rue. Le bâtiment retrouverait son charme d’antan : 3 étages et un sous-sol de plusieurs centaines de mètres carrés, laissés vides en plein Saint-Denis. Une ville qui compte, comme aime le répéter le Maire Didier Paillard, « plus de 7000 demandes de logements en attente », sans jamais évoquer la question des loyers trop chers et le nombre de bâtiments laissés vides à Saint-Denis, qui permettraient pourtant de répondre en grande partie aux pénuries de logements et aux problèmes de mal-logement.

Mais si ce scénario de l’expulsion reste probable, d’autres issues sont à espérer. Car l’histoire de l’Attiéké pourrait aussi bien se conjuguer avec celle d’une solidarité et d’une résistance grandissante face aux politiques urbaines inhumaines. Dans le sillage des luttes des personnes expulsées ces dernières années, à l’image des familles du 168 bd du Président Wilson à La Plaine Saint-Denis qui campent toujours devant leur ancien bâtiment, expulsées il y a plus de 2 mois, l’Attiéké refuse cette gestion capitaliste des villes, qui entend toujours plus éloigner les pauvres des zones à exploiter et déposséder les habitant-e-s de leurs lieux de vie.

En 3 ans, l’Attiéké a reçu de nombreux-ses collectif-ve-s d’Île-de-France pour des soirées de soutien, des réunions, des repas, des convergences, des dépannages… Ses permanences et ateliers ont accueilli et continuent de recevoir des centaines de personnes. L’équation est simple : si une grande partie de tous ces gens nous rejoignent pour cette dernière lutte nous avons une chance de continuer l’aventure et d’ouvrir une joyeuse brèche dans cette période ultra-réactionnaire et répressive.

Avec ces mêmes revendications : régularisation des habitant-e-s de l’Attiéké et de toutes les personnes sans-papiers, relogement des habitant-e-s de l’Attiéké et de tous-tes les mal-logé-e-s, réquisition du bâtiment de l’Attiéké ou d’un bâtiment équivalent par la Mairie de Saint-Denis. (Presque) Tout le monde adore l’Attiéké, ses permanences, son atelier vélo, ses cours de français, son centre de loisir autogéré, ses soirées et repas de soutien, son ancrage local… Mais pour que ça dure, il va falloir être nombreux-ses !

Nous en appelons donc à toutes les personnes et collectif-ves en mouvement qui se reconnaissent dans la vie de l’Attiéké, à toutes celles et ceux qui pensent avec nous que lutter pour sa défense c’est aussi résister face à ce prétendu pouvoir qui voudrait nous neutraliser et nous imposer ses standards racistes, sexistes et mercantiles. Depuis tous les quartiers de Saint-Denis, d’Epinay-sur-Seine, de l’Île Saint-Denis, de Villetaneuse, de La Courneuve, du 93, de Paris, de partout, venez marcher, manger, manifester, et occuper Saint-Denis avec nous !

Deux premiers rendez-vous :

Samedi 26 novembre : de 15h00 à 00h00 : Grande fête anniversaire de l’attiéké (3 ans ça se fête) avec ateliers, goûter, repas et concert !

Lundi 28 novembre – Procès, en plein cœur de la trêve hivernale

RDV à 9h au tribunal d’instance de St-Denis, place du Caquet (métro Basilique, l. 13)

Contacts : 31marcelsembat@riseup.net / collectifattieke.wordpress.com

Communiqué Attiéké du 12/07/2016 : report au 24 octobre !

 

Le 7 juillet dernier au tribunal d’instance de St-Denis, le centre social auto-organisé et habité Attiéké (31 bld Marcel Sembat à St-Denis) a gagné un nouveau report au 24 octobre, dans la procédure qui l’oppose au propriétaire du bâtiment, la Fédération française de triathlon. L’occupation dure depuis octobre 2013.

Merci à celles et ceux venu.e.s en soutien, nous étions près d’une centaine.

Nous exigeons toujours la réquisition de l’Attiéké ou d’un bâtiment équivalent sur St-Denis par la mairie ou la préfecture, ainsi que le relogement et la régularisation des habitant.e.s.

Nous nous opposerons encore à la rénovation urbaine par le haut sur le dos des plus pauvres.

Nous pensons à toutes les personnes qui ont subi les incendies d’immeubles parfois meurtriers de ces dernières semaines à St-Denis, ainsi qu’à celles privées de logement depuis l’assaut du Raid du 18 novembre 2015.

Nous pensons aux occupant.e.s roms du terrain Coignet (à côté de la gare de St-Denis), expulsé.e.s et éparpillé.e.s le 6 juillet en début d’après-midi. A la place de ce bidonville vieux de deux ans devrait s’élever un immeuble de 10 000 mètres carrés de bureaux.

Face aux spéculateurs et promoteurs immobiliers, aux patrons du BTP, au Grand Paris, aux institutions complices, la lutte continue.

Le collectif de l’Attiéké

Le 7 juillet: Tou-tes au procès de l’Attiéké!! Semaine de lutte du 1er au 7!

Solidarité avec l’Attiéké !
Non à l’expulsion de ses 40 habitant.e.s !

Tou.te.s devant le tribunal de Saint-Denis le 7 juillet à 9h, place du
Caquet, métro Basilique !

L’Attiéké est un lieu occupé né d’une lutte contre des expulsions à l’été
2013, qui avaient laissé une centaine de personnes sur le carreau. C’est à
la fois un lieu d’habitation et un lieu de lutte, d’organisation, de
solidarité directe et locale, ouvert sur la ville. Depuis octobre 2013,
date de son ouverture, des centaines de personnes se sont défendues et
organisées dans la permanence logement et la permanence papiers. Les
services de la mairie y ont même envoyé des gens.
Des centaines de personnes se sont formées aux ateliers de français, ont
appris à réparer leur vélo, ont participé à la permanence d’écrivain
public. Des dizaines d’enfants ont joué au centre de loisirs de l’Attiéké.
C’est un lieu central d’activités et de résistances populaires indépendant
dans Saint-Denis.
Des journées et des soirées de solidarité avec divers combats pour la
justice sociale, contre le racisme, le sexisme y ont été organisées. Des
dizaines d’associations et de collectifs l’ont utilisé.

Aujourd’hui, l’Attiéké est menacé d’expulsion. Nous sommes convoqué.e.s le
7 juillet au tribunal, face au propriétaire, la Fédération française de
triathlon. Derrière, c’est l’expulsion qui s’annonce, avec 40 personnes qui
vont se retrouver à la rue. Hier mal-logé.e.s, aujourd’hui menacé.e.s
d’être expulsé.e.s, sans qu’il n’y ait aucune procédure de relogement.
C’est la fin d’un lieu de résistance qui fait vivre les luttes et les
solidarités à Saint-Denis.

Nous appelons toutes les forces, tous les collectifs de la ville à s’unir
pour exiger avec nous :
– la réquisition de l’Attiéké ou d’un bâtiment vide équivalent par la
mairie de Saint-Denis
– le relogement des habitant.e.s
– la régularisation des habitant.e.s

Nous appelons à se rassembler samedi 25 juin à 11h devant la mairie de
Saint-Denis.
Nous appelons à une semaine de lutte entre le 1er et le 7 juillet (rdv à
venir).
Samedi 2 juillet, nous appelons à une grande manifestation contre
l’expulsion (rdv à venir).

*Le collectif de l’Attiéké*

Création d’une caisse anti-rétention, réunion de lancement!

Réunion d’information et de lancement ce vendredi 18 décembre à 19h à l’Attiéké.
Appel de la permanence papier du centre social habité auto-organisé l’Attiéké.
Appel aux différents collectifs de lutte.

Nous sommes des personnes du collectif Attiéké, basé à Saint-Denis, 31 boulevard Marcel-Sembat ((https://collectifattieke.wordpress.com/). Tous les lundis soir, depuis presque un an et demi, nous tenons une permanence sur les questions de papiers.

Nous avons été confronté-e-s, à plusieurs reprises, à des personnes arrêtées qui se retrouvaient mises en rétention et souhaitaient avoir les contacts d’avocat-e-s compétent-e-s dans les procédures de rétention, du soutien au tribunal, à l’aéroport…. Face à l’urgence de certaines situations (expulsions imminentes et cie), à plusieurs reprises, il a fallu trouver d’importantes sommes d’argents dans un laps de temps très court, se mobiliser pour aller soutenir les personnes aux tribunaux, se rendre à l’aéroport le jour de l’expulsion.

Nous pensons qu’il serait utile de monter une caisse collective de défense juridique.
Elle devrait avoir, selon nous, plusieurs objectifs :

Réunir les sommes d’argent nécessaires au paiement des avocat-es militant-es pour obtenir la libération des personnes enfermées

Créer du lien entre différents réseau de solidarité qui puissent faire circuler l’information lorsque des personnes sont arrêtées, informer la personne de ces droits et contacter les avocat-e-s pour assurer sa défense.

Ce serait avant tout un outil destiné aux collectifs existants.

Cette caisse permettrait de participer aux frais de justice des personnes en centres de rétention et s’inscrit plus largement dans une tentative de nous organiser en réseau avec des outils efficaces pour lutter contre les pratiques de rétention et la machine à expulser. L’idée serait de lier sa création à des réunions pour réfléchir à comment mieux s’organiser ensemble, s’échanger des informations, des appels à mobilisation, etc…

Nous avions envisagé, comme moyen de faire rentrer de l’argent, des soirées de soutien où nous pourrions ainsi parler des enjeux liés aux centres de rétention et aux expulsions. D’autres moyens sont à réfléchir ensemble comme le crowfunding…. Les différentes modalités liées au financement de la caisse, sa gestion, son utilisation, sont à réfléchir ensemble, avec les individu-e-s, collectifs qui souhaiteraient s’impliquer dans ce projet.

Réunion vendredi 18 décembre
19h
centre social Attiéké
Saint-Denis
31 boulevard Marcel Sembat

Samedi 25 Avril : Soirée de soutien au Festival Ciné-Palestine!

festival cine palestine


Ce samedi, soirée de soutien au FCP à l'Attiéké! 
 L'invitation de l'équipe, c'est ici:

"Bonjour à toutes et à tous,

En attendant le Festival CinéPalestine (FCP), nous vous convions à une
soirée de soutien le 25 avril, qui se tiendra au Centre social autogéré l'Attiéké, à Saint-Denis.

 Programme:

- 18h: Projection du film documentaire “Cinéma Palestine” (2013, 79 min) du réalisateur canadien Tim Schwab. En présence du réalisateur palestinien Raed Andoni.

- 20h30: Repas palestinien.

- 21h30: Concert de Naïssam Jalal et Osloob.

. Exposition des photos de peintures réalisées en Palestine par Vince Seven!


RDV le 25 avril au centre social Attiéké, à partir de 18h 

La soirée du 25 avril à Saint-Denis, c'est l'occasion :

   - d'avoir un avant-gout du FCP
   - de rencontrer les membres du comité d'organisation du FCP
   - de voir un très beau film sur le cinéma palestinien et d'en discuter avec Raed Andoni (réalisateur palestinien)
   - de manger des plats savoureux palestiniens
   - de découvrir le centre social Attiéké
   - d'écouter et de kiffer les vibes de Naissam Jalal et Osloob!!
   - d'admirer le travail de l'artiste Vince Seven en Palestine
   - et bien sûr de soutenir le FCP


Centre Social Attiéké 
31 bd Marcel Sembat - Saint-Denis
Metro 13 Porte de Paris
RER D- Ligne H Gare de Saint-Denis

Venez nombreuses-x! 

Le comité d'organisation du FCP 

Evénement facebook : Soirée de soutien au Festival Ciné-Palestine
https://www.facebook.com/events/837891049618729/

Plus d'infos sur: http://festivalpalestine.paris/

NON A L’EXPULSION DU 27ter RUE CRISTINO GARCIA !

P.A.S. D’.E.N.F.A.N.T.S. A. L.A. R.U.E.

Pas d’expulsion sans relogement stable et digne dans le quartier!

Ce matin devant le 27ter rue Cristino Garcia:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Communiqué du collectif  PAS D’ENFANTS A LA RUE

"Hier matin, lundi 13 avril, à 5h30, nous étions une cinquantaine pour faire barrage à l'expulsion programmée par la préfecture dès ce matin d'une famille de 4 enfants dont 2 sont scolarisés en petite section de maternelle et en CM2 à Doisneau-Casarès.

Cette famille occupe ce logement depuis 4 ans. Ces années ont permis aux enfants de retrouver une certaine stabilité, des relations sociales, de se faire une place dans le quartier et de poursuivre leur scolarité. Toute cette vie construite durant ces dernières années risque d'être balayée par leur expulsion, avec les conséquences que cela implique pour les enfants.


Nous demandons l'annulation immédiate de l'arrêté d’expulsion et une enquête sociale pour que la famille, éligible au DALO depuis 1 an, soit relogée dans un logement pérenne et décent, à proximité de l'école.


La famille a besoin de soutien pour empêcher l’expulsion tant qu’une solution de relogement pérenne à proximité de l’école n’a pas été trouvée. N’hésitez pas à passer au 27 rue Cristino Garcia, il y a souvent du monde devant. Venez partager le café tous les matins à 5h30. C'est un petit effort pour nous, les voisin-e-s, mais ça peut beaucoup aider la famille."