Archives mensuelles : avril 2015

Lettre ouverte N°2 des habitants de l’Hôtel Étoile d’or

Les habitants sont menacés d’expulsion par le plan de rénovation du centre ville PNRQAD, le projet prévoit la démolition de l’hôtel ou ils habitent pour construire
des résidences étudiantes privées.
Les habitants revendiquent le droit d’être relogés sur place à Saint denis.
Le Centre social Attiéké est à leurs côtés.

Pour plus d’info, voici la lettre ouverte et les revendications de l’étoile d’or ci-desssous,
et un article qui explique la transformation du quartier ici :
[Dos au Mur ]Expulsions de commerces populaires et d’hôtels meublés
dans le quartier de la gare
:

 etoile

Nous sommes les habitants de l’hôtel étoile d’or
au 30 rue Ernest Renan à Saint Denis

On est tous là depuis longtemps, certains depuis 15 ans, certains depuis 8 ans,
d’autres depuis 3 ans. Vous ne pouvez pas nous mettre à la porte comme ça.

Il y a un an, la SOREQA ( une entreprise qui appartient à la mairie de Paris et la mairie de Saint Denis) a acheté l’immeuble à M.Belkacemi, l’ancien propriétaire. Ensuite on a plus eu des nouvelles de lui et maintenant c’est la Soreqa qui doit s’occuper
de gérer notre relogement.

On a beaucoup entendu parler de M.Belkacemi ces derniers temps car il a été condamné comme marchand de sommeil à 1 an ferme suite à une plainte de la mairie.
L’équipe municipale s’est félicitée de cette condamnation et à déclaré vouloir faire « une lutte sans répis contre les propriétaires malhonnêtes ». En tant qu’anciens locataires nous sommes les premières victimes des actes de Belkacemi, mais aujourd’hui nous sommes
menacés d’expulsion par la SOREQA, Que fait la mairie pour nous reloger ?

Dans « Saint-Denis le magazine» de cet hiver, nous apprenons par hasard que
la démolition de notre hôtel devrait commencer au mois de mai 2015 pour faire
des logements privés pour étudiants. Pourtant, nous n’avons toujours aucune promesse de relogement concrète à l’heure actuelle. Le temps presse.

Nous voulons le même discours et les mêmes droits pour tout le monde. Notamment en ce qui concerne les habitants sans-papier, on veut qu’ils soient relogés comme tous les autres. Même si certains n’ont pas de papiers, on n’est pas des animaux et on a le droit d’avoir un toit et un logement décent comme tout le monde.
Quand la Soreqa a acheté le bâtiment on était déjà là depuis longtemps.
La Soreqa ne peut pas arriver et nous jetter dehors.

ON NE VEUT PAS DE CAS PAR CAS, ON VEUT UNE SOLUTION GLOBALE,
ON RESTERA SOLIDAIRE TANT QUE TOUS LES HABITANTS NE SERONT PAS RELOGÉS !
CE QUE NOUS VOULONS :

– PAS D’EXPULSION SANS RELOGEMENT !
– UN RELOGEMENT SUR PLACE A SAINT DENIS !
– UN LOYER QUI CORRESPOND A NOS REVENUS
– PAS DE NUITS D’HOTEL MAIS UN LOGEMENT STABLE !
– RELOGEMENT POUR TOUS ! AVEC OU SANS PAPIERS,
SANS DISCRIMINATION !
– DES PAPIERS ET DU TRAVAIL POUR TOUS !

LE COLLECTIF DES HABITANTS ET DES HABITANTES DE L’ÉTOILE D’OR
AVEC LE SOUTIEN DU CENTRE SOCIAL AUTO-ORGANISE « L’ATTIÉKÉ »

Le tract mis en page ici :

etoile d or lettre 2

Publicités

Le nouveau plan local d’urbanisme (PLU): quelles conséquences pour Saint-Denis?

 

la brochure:  quatre pages_PLU_misenpage

saint remy été

 

Soirée Coupé-décalé

Coupe decale Attieke 9mai 2015

SOIRÉE AFRICAINE COUPÉ DÉCALÉ

le samedi 9 mai 2015

Avec GENERAL DJ COLOSSE

l’Attieké vous propose une soirée africaine d’enfer

ou on va couper décaler, s’enjailler !

venez nombreux, nombreuses !!

de 19h jusqu’à l’Aube,

Entrée gratuite, buffet et boissons prix libre.

Saint-Ouen : expulsions et séquestrations au foyer CARA

 

Des vigiles payés par l’office HLM, propriétaire de la tour de 14 étages comptant 192 chambres interdisent les visites aux résidents et résidentes du foyer et refusent de laisser entrer des habitant-e-s du foyer tandis que d’autres sont empêché-e-s de sortir depuis jeudi.
Rassemblement lundi 27 avril à 15h30 devant la mairie de Saint-Ouen.

JPEG - 153.8 ko

Depuis le mois de Février, des vigiles privés payés par l’office HLM contrôlent les entrées du foyer CARA sur la base d’une liste officielle de résidents et résidentes.

Liste qui ne correspond pas à la réalité : en plus des résidents officiels, de nombreuses personnes vivent au foyer, parfois depuis plus d’un an. D’autres se sont installé-e-s pendant la grève.

Le règlement du foyer stipule que les résidents et résidentes ont le droit à trois invités, ce qui permettait aux habitant-e-s non résident-es de pouvoir rentrer chez eux grâce à la solidarité des résident-e-s du foyer.

Depuis jeudi, les visites sont totalement interdites au foyer. Le matin, le directeur de la sécurité de l’offce HLM était venu visiter le foyer, rentrant de force chez certain-e-s. Il a marqué certaines portes de croix noires. Dans la journée, les visites ont été totalement interdites au foyer. Plus d’une quinzaine de personnes se sont vues refuser l’accès à leur domicile sous ce prétexte tandis que certains et certaines sont enfermé-e-s depuis jeudi dans la tour. Impossible de mettre le nez dehors même pour parler devant le foyer à ses ami-e-s et militant-e-s sous peine de « si tu sors tu ne rentres plus ».

La mairie parle d’un règlement abrogé, mais aucun résident n’a été informé de changement de règlement ou d’une décision du maire en vertu de ses pouvoirs de police mais refuse de donner copie de l’arrêté qui n’est affiché nulle part.

Des procédures judiciaires sont en cours, une mobilisation se met en place et nous appelons à la solidarité.

Pas d’expulsion au foyer CARA
Relogement de tous et toutes

[Vidéo] La « gentrification » : une lutte de classes dans l’espace urbain ?

lien: http://paris-luttes.info/video-la-gentrification-une-lutte-3048

Anne Clerval revient sur la gentrification à Paris intra-muros. « La gentrification est une forme particulière d’embourgeoisement qui concerne les quartiers populaires. Elle passe par la transformation de l’habitat puis d’un quartier dans son ensemble en passant par les espaces publics et les commerces… »

Dans cette analyse de la gentrification à Paris, 4 points seront développés. La conférence a eu lieu en 2011.

- L’origine et l’intérêt de la notion de « gentrification »

- Les facteurs et les modalités de la gentrification à Paris

- La place de la gentrification dans les rapports de classes

- Approche critique des politiques publics menées à Paris depuis 2001

 

11ème journée du Piquet anti-expulsion du 27 Cristino Garcià ! On continue !

Communiqué n°5 du collectif Pas d’enfants à la rue depuis le piquet anti-expulsion du 27 Cristino Garcià, à la Plaine St Denis, quartier la Petite Espagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

St Denis le 23 avril,

Depuis plus de 10 jours, parents-e-s, militant-e-s pour le logement se relaient dès 5h30 du matin, au piquet anti-expulsion du 27 ter rue Cristino Garcià à la Plaine Stade de France. Depuis le 13 avril, l’expulsion est imminente pour la famille de l’école Doisneau-Casarès et 10 autres habitant-e-s du bâtiment. La famille en lutte vient de passer les un an d’anniversaire de son dossier DALO et pourtant la commission préfectorale n’a rien proposé.

Toutes les maisons du même trottoir, allant du n° 23 au 27 ter vont être démolies. Nous avons appris que depuis des années, la mairie demande aux voisin-e-s de racheter leurs bien. La mairie a le projet de détruire toutes les maisons, nous a confirmé l’élu de quartier, afin de construire de nouveaux logements dans le cadre de la rénovation urbaine, qu’on sait inaccessibles aux habitant-e-s actuels. Il s’agit de logements sociaux avec des plafonds de revenus très hauts (3000 euros), de logements en accession à la propriété, de logement en 1% patronal, les projets sont déjà dans les tuyaux. Est-ce à cause de cela que le maire refuse de nous voir ?

La sous-préfecture veut nous faire croire que la propriétaire surendettée voudrait habiter le bâtiment, alors que celui-ci est insalubre, et surtout que la mairie veut le racheter. C’est pour cette raison qu’il justifie leur action et se lave les mains de la circulaire de 2012 qui empêche l’expulsion de prioritaires Dalo.

Le député va nous recevoir avec les familles de l’immeuble. Nous allons porter nos revendications : des mesures de relogements pour les familles et en attendant le rapprochement de familles hébergées, la mobilisation urgente des services d’hygiène, dans l’urgence un rendez-vous avec la préfecture, pas de cas par cas. Nous le savons les expulsions s’accélèrent, les problèmes de logement prennent de plus en plus de familles à la gorge. Hier, dans la plaine, 11 familles ont été expulsées rue Langlier-Renaud sans proposition de relogement ni même d’hébergement. Nous ne voulons pas être spectateurs, ni subir. Nous ne voulons pas que des familles se retrouvent à la rue ou soient chassées du quartier. Dans le collectif, 13 familles de 6 écoles sont en lutte.

Le jeudi 7 mai, nous appelons toutes les écoles de St-Denis et d’Aubervilliers à venir se rassembler à l’école Doisneau -Casarès à 17h30, afin de discuter de la suite de la lutte pour un logement décent pour toutes les familles !

pasdenfantalarue@gmail.com
FB : pas d’enfant à la rue

Samedi 25 Avril : Soirée de soutien au Festival Ciné-Palestine!

festival cine palestine


Ce samedi, soirée de soutien au FCP à l'Attiéké! 
 L'invitation de l'équipe, c'est ici:

"Bonjour à toutes et à tous,

En attendant le Festival CinéPalestine (FCP), nous vous convions à une
soirée de soutien le 25 avril, qui se tiendra au Centre social autogéré l'Attiéké, à Saint-Denis.

 Programme:

- 18h: Projection du film documentaire “Cinéma Palestine” (2013, 79 min) du réalisateur canadien Tim Schwab. En présence du réalisateur palestinien Raed Andoni.

- 20h30: Repas palestinien.

- 21h30: Concert de Naïssam Jalal et Osloob.

. Exposition des photos de peintures réalisées en Palestine par Vince Seven!


RDV le 25 avril au centre social Attiéké, à partir de 18h 

La soirée du 25 avril à Saint-Denis, c'est l'occasion :

   - d'avoir un avant-gout du FCP
   - de rencontrer les membres du comité d'organisation du FCP
   - de voir un très beau film sur le cinéma palestinien et d'en discuter avec Raed Andoni (réalisateur palestinien)
   - de manger des plats savoureux palestiniens
   - de découvrir le centre social Attiéké
   - d'écouter et de kiffer les vibes de Naissam Jalal et Osloob!!
   - d'admirer le travail de l'artiste Vince Seven en Palestine
   - et bien sûr de soutenir le FCP


Centre Social Attiéké 
31 bd Marcel Sembat - Saint-Denis
Metro 13 Porte de Paris
RER D- Ligne H Gare de Saint-Denis

Venez nombreuses-x! 

Le comité d'organisation du FCP 

Evénement facebook : Soirée de soutien au Festival Ciné-Palestine
https://www.facebook.com/events/837891049618729/

Plus d'infos sur: http://festivalpalestine.paris/

Vendredi 24 Avril : soirée de préparation de l’insurrection gitane à l’Attieké

insurection gitane

Dans le cadre de sa campagne d’annonce de la Fête de l’Insurrection Gitane,
qui aura lieu les 16 et 17 mai prochains sur le parvis de la Basilique de
Saint-Denis, La voix des Rroms organise entre autres un Flash Mob contre le
racisme d’Etat le 25 avril devant la Cathédrale Notre Dame de Paris.

Une répétition générale de ce Flash Mob aura lieu à l’Attiéké la veille,
vendredi 24 avril, suivie d’une soirée animée par le DJ Rrom & Roll. La
voix des Rroms invite tous ceux qui le souhaitent à la rejoindre.

Programme:

17h-19h – Répétition de la chorégraphie du Flash Mob avec un groupe
d’enfants habitants du Platz du Samaritain à La Courneuve.

19h-21h – Répétition de la chorégraphie du Flash Mob par le groupe des
militants et sympathisants de La voix des Rroms

21h-24h – Soirée animée par le DJ Rrom & Roll


Association « La voix des Rroms »
50, rue des Tournelles
75003 PARIS
http://www.lavoixdesrroms.org

https://twitter.com/voxrromorum
https://www.facebook.com/La.voix.des.Rroms

NON A L’EXPULSION DU 27ter RUE CRISTINO GARCIA !

P.A.S. D’.E.N.F.A.N.T.S. A. L.A. R.U.E.

Pas d’expulsion sans relogement stable et digne dans le quartier!

Ce matin devant le 27ter rue Cristino Garcia:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Communiqué du collectif  PAS D’ENFANTS A LA RUE

"Hier matin, lundi 13 avril, à 5h30, nous étions une cinquantaine pour faire barrage à l'expulsion programmée par la préfecture dès ce matin d'une famille de 4 enfants dont 2 sont scolarisés en petite section de maternelle et en CM2 à Doisneau-Casarès.

Cette famille occupe ce logement depuis 4 ans. Ces années ont permis aux enfants de retrouver une certaine stabilité, des relations sociales, de se faire une place dans le quartier et de poursuivre leur scolarité. Toute cette vie construite durant ces dernières années risque d'être balayée par leur expulsion, avec les conséquences que cela implique pour les enfants.


Nous demandons l'annulation immédiate de l'arrêté d’expulsion et une enquête sociale pour que la famille, éligible au DALO depuis 1 an, soit relogée dans un logement pérenne et décent, à proximité de l'école.


La famille a besoin de soutien pour empêcher l’expulsion tant qu’une solution de relogement pérenne à proximité de l’école n’a pas été trouvée. N’hésitez pas à passer au 27 rue Cristino Garcia, il y a souvent du monde devant. Venez partager le café tous les matins à 5h30. C'est un petit effort pour nous, les voisin-e-s, mais ça peut beaucoup aider la famille."

Sans-papiers, mais pas sans droits ! Sans-papiers et demandeuses/eurs d’asile : connaître ses droits ! Journée d’information et concert

affiche attieke 11 avrilSamedi 11 avril

15h00 à 16h30 :
Que faire en cas de contrôle d’identité ou d’arrestation ?

Intervention d’une avocate

En France la police a des pratiques illégales et racistes de contrôle d’identité, harcèle et arrête les personnes sans papiers. Se promener dans la rue dans certains quartiers, prendre le métro ou le train pour se rendre au travail, c’est risqué. Face à ces contrôles d’identité qui peuvent finir par une arrestation, être en situation irrégulière ça ne veut pas dire être sans droits ! Il existe des lois que l’on peut utiliser, des choses à savoir et à faire pour réduire les risques !

16h30 à 18h00  :
Comment demander l’asile ? Quelle sont les droits pendant et après une demande ?

Intervention d’un militant-associatif à Dom’asile, association qui accompagne les demandeurs d’asile

Le système d’asile en France est difficile d’accès et toutes les démarches pour le demander ( ex : domiciliation, ouverture compte bancaire, prise d’empreinte et preuves pour justifier sa demande, entretiens avec l’OFPRA et la CNDA) deviennent de plus en plus compliquées.
Avec les nouvelles lois sur l’asile, tout est fait pour réduire au maximum le nombre de demandeurs d’asile et leurs droits. Or ils existent et il est important de les réclamer !

toutes les questions sont les bienvenues !

18h00 à 00h00 :
Repas prix libre et Concert : hip hop et musique traditionnelle soudanaise !

  • Pain de mie hip hop moelleux
  • Myscier blody
  • Ciula et Meriem (hip hop malien)
  • Rude sudan (musique soudanaise traditionelle)

Entrée à prix libre

Centre social auto-organisé l’Attiéké, 31 boulevard marcel sembat, 93200 Saint-Denis

M ligne 13 : arrêt porte de Paris