Archives pour la catégorie Permanence logement

RASSEMBLEMENT POUR L’ABANDON DES POURSUITES CONTRE LA FAMILLE BENKELFALLAH ! MARDI 21 FEVRIER A 9H30

 

balance-injustice

Mme Fatma BenKelfallah doit se présenter devant l’adjoint du procureur mardi 21 février (à 9h30, 16 allée des boucheries) car elle est accusée d’avoir occupé un logement vide : Pour avoir voulu se loger par ses propres moyens, elle risque des poursuites judiciaires.

En réalité, Fatma et sa famille sont victimes de mal logement et frappent à toutes les portes depuis plus de 2 ans pour obtenir un logement décent près de l’école Louise Michel à Saint Denis ou sont scolarisés leurs enfants.

La Mairie, les élus, le CCAS et le 115 n’ont pas apporté de solution réelle à ce jour. La préfecture à été condamnée par la justice et la famille Benkelfallah est reconnue prioritaire DAHO (droit à l’hébergement opposable) le 115 les chasse de chambre d’hotel insalubre en chambre d’hotel insalubre. Après avoir été hébergé à l’hotel du Parc au Franc moisin, ils ont du déménager au Blanc mesnil a plus de 2h de trajet de l’école.

  • L’Etat ne réspecte pas la loi, laisse des milliers de personnes sans réponses, sans toit, et les pousse à choisir des solutions extremes ou illégales.
  •  
  • Nous sommes solidaires de fadma et lui apportons un soutien total. Son action est légitime. Nous réclamons l’abandon des poursuites, et que la justice laisse la famille Benkhelfallah en paix.
  •  
  • Il est temps que la mairie et la préfecture prennent leurs responsabilités : Un logement proche de l’école et décent pour fatma, son mari, ses enfants et toutes les familles mals logés en seine saint denis !

RASSEMBLEMENT MARDI 21 FEVRIER 2017 A 9H30 A SAINT DENIS
DEVANT LA MAISON DE LA JUSTICE ET DU DROIT

16, rue des boucheries

Dimanche 16 0ctobre : L’Attiéké ouvre ses portes !

SOLIDARITÉ   RÉSISTANCE   RELOGEMENT – JOURNÉE PORTE OUVERTE !

Venez découvrir le centre social !

14718849_553104714878979_536816868740687858_n

 

DIMANCHE 16 OCTOBRE : L’ATTIEKE OUVRE SES PORTES !
Nous vous invitons à une journée conviviale de partage et d’informations sur les activités les permanences et les ateliers du Centre social auto-organisé

Aujourd’hui, L’Attiéké est au bout de la procédure qui nous oppose au propriétaire du bâtiment, la Fédération française de triathlon. Derrière c’est l’expulsion, avec 40 personnes à la rue sans procédure de relogement et peut être la fin d’un lieu de résistance à Saint-Denis…

Dernière ligne droite. Nous appelons toutes les personnes motivées à nous rejoindre, participer aux permanences, aider à la mobilisation contre l’expulsion, etc. Une assemblée ouverte se tient chaque dimanche à 18h.

Nous exigeons :
– la réquisition de l’Attiéké ou d’un bâtiment vide équivalent à Saint-Denis par la mairie ou la préfecture du 93
– le relogement et la régularisation de ses habitant.es

AU PROGRAMME DE LA JOURNEE PORTE OUVERT DIMANCHE 16 OCTOBRE :

12h : Repas à prix libre

14h : Présentations et discussions au sein d’espaces dédiés aux différents ateliers et permanences de l’Attiéké :

– Permanence logement et permanence problème de papiers
– Atelier d’apprentissage du français
– Démontage et réparation de vélo + conseils par l’atelier d’auto-réparation de vélos,
– espace enfants, crêpes…

17h : Discussion collective sur l’avenir des activités de l’Attiéké
19h : Apéro-concert


Samedi 22 octobre

Manifestation,  tambours et derbouka
RDV à 10h30 à la gare de St-Denis (train H, RER D, tram 8) puis squat devant la mairie à partir de 11h30

Lundi 24 octobre
Procès, une semaine avant la trêve hivernale
RDV à 9h au tribunal d’instance de St-Denis, place du Caquet (métro Basilique)

Et chaque semaine à l’Attiéké :
lundi : 18h30 – 20h30 / permanence logement et permanence papiers
mardi : 18h30 – 20h30 / atelier de français
mercredi : 18h – 21h / blablabar
dimanche : 14h – 17h30 / atelier vélo et centre de loisirs
18h / assemblée ouverte

Contacts : 31marcelsembat@riseup.net

15874_435795653244543_7626907653651824096_n

ATTIEKE : LA LUTTE CONTINUE !

Depuis trois ans, nous occupons le 31 boulevard Marcel Sembat à Saint-Denis, pour en faire un lieu d’habitation et de solidarité directe, de vie quotidienne et Lire la suite

Lettre ouverte N°2 des habitants de l’Hôtel Étoile d’or

Les habitants sont menacés d’expulsion par le plan de rénovation du centre ville PNRQAD, le projet prévoit la démolition de l’hôtel ou ils habitent pour construire
des résidences étudiantes privées.
Les habitants revendiquent le droit d’être relogés sur place à Saint denis.
Le Centre social Attiéké est à leurs côtés.

Pour plus d’info, voici la lettre ouverte et les revendications de l’étoile d’or ci-desssous,
et un article qui explique la transformation du quartier ici :
[Dos au Mur ]Expulsions de commerces populaires et d’hôtels meublés
dans le quartier de la gare
:

 etoile

Nous sommes les habitants de l’hôtel étoile d’or
au 30 rue Ernest Renan à Saint Denis

On est tous là depuis longtemps, certains depuis 15 ans, certains depuis 8 ans,
d’autres depuis 3 ans. Vous ne pouvez pas nous mettre à la porte comme ça.

Il y a un an, la SOREQA ( une entreprise qui appartient à la mairie de Paris et la mairie de Saint Denis) a acheté l’immeuble à M.Belkacemi, l’ancien propriétaire. Ensuite on a plus eu des nouvelles de lui et maintenant c’est la Soreqa qui doit s’occuper
de gérer notre relogement.

On a beaucoup entendu parler de M.Belkacemi ces derniers temps car il a été condamné comme marchand de sommeil à 1 an ferme suite à une plainte de la mairie.
L’équipe municipale s’est félicitée de cette condamnation et à déclaré vouloir faire « une lutte sans répis contre les propriétaires malhonnêtes ». En tant qu’anciens locataires nous sommes les premières victimes des actes de Belkacemi, mais aujourd’hui nous sommes
menacés d’expulsion par la SOREQA, Que fait la mairie pour nous reloger ?

Dans « Saint-Denis le magazine» de cet hiver, nous apprenons par hasard que
la démolition de notre hôtel devrait commencer au mois de mai 2015 pour faire
des logements privés pour étudiants. Pourtant, nous n’avons toujours aucune promesse de relogement concrète à l’heure actuelle. Le temps presse.

Nous voulons le même discours et les mêmes droits pour tout le monde. Notamment en ce qui concerne les habitants sans-papier, on veut qu’ils soient relogés comme tous les autres. Même si certains n’ont pas de papiers, on n’est pas des animaux et on a le droit d’avoir un toit et un logement décent comme tout le monde.
Quand la Soreqa a acheté le bâtiment on était déjà là depuis longtemps.
La Soreqa ne peut pas arriver et nous jetter dehors.

ON NE VEUT PAS DE CAS PAR CAS, ON VEUT UNE SOLUTION GLOBALE,
ON RESTERA SOLIDAIRE TANT QUE TOUS LES HABITANTS NE SERONT PAS RELOGÉS !
CE QUE NOUS VOULONS :

– PAS D’EXPULSION SANS RELOGEMENT !
– UN RELOGEMENT SUR PLACE A SAINT DENIS !
– UN LOYER QUI CORRESPOND A NOS REVENUS
– PAS DE NUITS D’HOTEL MAIS UN LOGEMENT STABLE !
– RELOGEMENT POUR TOUS ! AVEC OU SANS PAPIERS,
SANS DISCRIMINATION !
– DES PAPIERS ET DU TRAVAIL POUR TOUS !

LE COLLECTIF DES HABITANTS ET DES HABITANTES DE L’ÉTOILE D’OR
AVEC LE SOUTIEN DU CENTRE SOCIAL AUTO-ORGANISE « L’ATTIÉKÉ »

Le tract mis en page ici :

etoile d or lettre 2

[Vidéo] La « gentrification » : une lutte de classes dans l’espace urbain ?

lien: http://paris-luttes.info/video-la-gentrification-une-lutte-3048

Anne Clerval revient sur la gentrification à Paris intra-muros. « La gentrification est une forme particulière d’embourgeoisement qui concerne les quartiers populaires. Elle passe par la transformation de l’habitat puis d’un quartier dans son ensemble en passant par les espaces publics et les commerces… »

Dans cette analyse de la gentrification à Paris, 4 points seront développés. La conférence a eu lieu en 2011.

- L’origine et l’intérêt de la notion de « gentrification »

- Les facteurs et les modalités de la gentrification à Paris

- La place de la gentrification dans les rapports de classes

- Approche critique des politiques publics menées à Paris depuis 2001

 

Victoire du collectif Pas d’enfant à la rue de St-Denis ! Après 4 mois de lutte !

 

A la rue, la famille de l’école la Roseraie a enfin un toit décent sur la tête, à Saint-Denis ! La lutte et la solidarité paient !

Le collectif Pas d’enfant à la rue participera au rassemblement samedi 28 mars à 13h30, contre la fin de la trêve à St-Denis, à l’appel du centre Attiéké.

Le collectif « Pas d’enfant à la rue » qui réunit des parents, certains mal-logés, des instits, des militant-e-s- pour le logement, vient de connaître sa première victoire !

Victoire ! après quatre mois de lutte aux côté d’une famille de deux enfants, l’un scolarisé en grande section, le deuxième encore en poussette. Ils se sont retrouvés à la rue et, par la suite, ont été baladés par le 115, d’hôtels plus loin les uns que les autres, plus insalubres les uns que les autres.

Victoire ! après avoir interpellé les élus, l’Etat, pour les familles mal-logés, pour qu’il y ait des mesures d’urgences dès qu’une famille se retrouve à la rue,

Victoire ! après avoir organisé des rassemblements, des diffusions de tracts au marché,

Victoire ! Après avoir rencontré le préfet à l’égalité des chance de Seine St Denis, le maire de St Denis

Victoire ! après avoir lancé une pétition signée par des centaines de dionisyen-ne-s en soutien à la famille mal-logée et pour toutes les autres familles,

Victoire ! après avoir occupé de nuit l’école de la Roseraie avec le soutien des familles de l’école, c’était le 18 décembre,

Victoire ! après que le collectif ait été expulsé de l’école occupée, à 2h du matin en plein hiver, par la police.

Victoire ! après avoir organisé des tournées d’appel à témoins devant les écoles, diffusé des centaines de tracts, et commencé à élargir le collectif Pas d’enfant à la rue à toutes les écoles !

Victoire ! après qu’à Lyon, Villeurbanne l’occupation des écoles ait permis le relogement d’une trentaine de famille à la rue !

Cette victoire pour la famille en appelle d’autres pour les familles mal-logés de St denis et d’ailleurs. Ensemble tou-te-s concernés par les problèmes de logement, et tou-te-s ensemble on peut gagner. Aujourd’hui et demain nous CONTINUE(R)ONS de crier : pas d’enfants à la rue !

Nous appelons tou-te-s les parents des écoles , tou-te-s les instits et tou-te-s les habitant-e-s de St Denis à rejoindre notre combat !
le Collectif Pas d’enfant à la rue

pasdenfantalarue@gmail.com
FB : pasdenfantalarue

Mairie et préfecture ont fait expulser l’école occupée à Saint-Denis

Communiqué de presse n°4 du collectif « pas d’enfant à la rue », le 19 décembre 2014

Hier soir, nous avons occupé l’école La Roseraie-Jacqueline de Chambrun. Une famille à la rue, des enseignant-e-s, des parents d’élèves, des militant-e-s de la ville ont mené cette action déterminée pour exiger un logement pour la famille d’un enfant scolarisé dans cette école. Cette famille est baladée par le 115 dans des hébergements très éloignés de l’école, parfois insalubre, au jour le jour, et reste parfois dehors. La solidarité est forte autour de cette famille, dans l’école et sur la ville de Saint Denis. Cette lutte est complètement légitime et largement soutenue.

Pourtant, sur demande de la Mairie et sur ordre de la Préfecture, l’occupation a été expulsée cette nuit. Des élu-e-s de la Mairie de Saint Denis ont reproché au collectif « Pas d’enfant à la rue » qui a organisé cette action « d’instrumentaliser les enfants ». Au contraire, nous pensons qu’il est mieux pour ces enfants de 4 et 1 ans de dormir au chaud dans leur école que d’attendre jusqu’à 21h que le 115 les envoient dans un hotel froid et insalubre à 2h de trajet de l’école. A l’école il y a du chauffage et pas de cafards. Il ne faut pas se lever à 5h du matin pour aller à l’école.

Nos revendications sont claires :
un logement décent, stable à proximité de l’école pour cette famille.
Des papiers pour tou-te-s

La situation du logement est catastrophique à Saint Denis, en Seine Saint Denis et plus généralement en Ile de France. Le droit au logement n’est respecté nulle part, et de nombreuses personnes se retrouvent à la rue, ou logées dans des conditions déplorables. Face à cela, c’est la solidarité et la lutte qui sont nos armes.

Nous avons besoin de la solidarité de tou-te-s.  Pas d’enfant à la rue !expulsion école